couverture ext DECEMBRE 2018 - page 4

3
Pour conclure provisoirement, ayant bien conscience de la difficulté du travail de l’adaptateur
d’œuvres théâtrales, tant du français au wallon que d’un wallon à un autre wallon, nous
poserons cette double question qui nous paraît essentielle : la langue wallonne est-elle apte à
faire passer tous les contenus d’une pièce ? Sa légitimité en fait-elle la seule à pouvoir
transmettre certains contenus plus que d’autres ?
Si nous répondons à cette double question par l’affirmative, sans doute nous apparaîtra-t-il
alors urgent de réfléchir sur ce qu’il convient de mettre en place pour favoriser la créativité
d’auteurs et d’adaptateurs qui ont compris que la langue wallonne au théâtre mérite ce double
mélange de respect et d’audace, de technique et de sentiment qui lui garantira sa survie même.
Christian ROBINET
1,2,3 5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,...32
Powered by FlippingBook